Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

26 novembre 2007
Communiqué concernant la nouvelle perquisition de la communauté de Temucuicui.

Source organisation meli witran mapu
Nous voulons informer des faits suivants:

Le vendredi 23 novembre, vers 4 heures 30 du matin, un grand déploiement policier est entré dans notre communauté et a envahit de nombreuses maisons, sans informer les habitants des raisons d’une telle opération et sans présenter aucun ordre émanant de la justice. Dans une des maisons perquisitionnées vit madame Verónica Millanao Cañio qui sort de l’hôpital suite à une intervention chirurgicale et qui au moment de la perquisition ne pouvait pas se lever, elle a été brutalement sortie de son lit ce qui lui a provoqué une grave hémorragie.

Selon les informations diffusées par les medias, et en particulier La Segunda On line, du 20 Novembre, la perquisition avait pour objet la recherche d’un individu auteur d’un vol dans une banque de Santiago, qui se serait produit plusieurs semaines avant et dont l’auteur selon la police se serait réfugié dans notre communauté et la communauté de Collico, l’article laissant supposer que notre communauté aurait été perquisitionnée pour sa relation dans avec les faits.

Notre communauté mapuche de Temucuicui face à ces informations et accusations sans fondement rejette de manière catégorique ces affirmations de la police, notre communauté n’a absolument rien à voir avec des faits délictuels, notre lutte est entièrement dirigée vers la défense et la promotion de nos droits territoriaux et politiques et n’a aucune relation avec la personne suspectée.

Selon nous ces accusations répondent à des pratiques développées par l’état chilien pour délégitimer et criminaliser nos justes revendications comme peuple mapuche

Nous dénonçons l’usage démesuré d’armements de gros calibre de la police durant cette perquisition, police qui a tiré à bout portant sur des membres de la communauté qui sortaient pour s’informer et observer cet événement imprévu.

Nous n’excluons pas l’idée de déposer une plainte pour protéger nos droits qui ont été très clairement violés par les différents corps de police qui entrent systématiquement dans notre communauté, et sous n’importe quel prétexte, et qui terrorisent en permanence nos anciens, nos femmes et nos enfants

Communauté mapuche de Temucuicui.

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»