Mapuche-hommes de la terre
| home | archive | bref | dossier | plus d'infos | liens | contact |

21 novembre 2007
Sixième communiqué des prisonniers politiques mapuches en grève de la faim
Source: famille et amis des prisonniers politiques mapuches

Les prisonniers politiques mapuches détenus dans la prison d’Angol déclarent face à l’opinion publique nationale et internationale

Aujourd’hui vendredi 30 novembre nous en sommes à 51 jours de grève de la faim, nous demandons notre liberté et la liberté de tous les prisonniers politiques mapuches qui sont emprisonnés dans différentes prisons de l’état chilien, nous exigeons la démilitarisation des zones en conflit qui affectent les communautés mobilisées pour leurs droits territoriaux et politiques

Nous informons que notre état de santé est gravement détérioré en raison d’une importante perte de poids, et que nous présentons des problèmes graves avec des symptômes de nausées, des problèmes visuels, des infections des reins et  vasculaires, situation qui affecte particulièrement ceux d’entre nous qui souffrent de maladies antérieures à l’incarcération.

Que selon les rapports médicaux y compris provenant de la gendarmerie nous sommes arrivés à une étape critique de la grève, raison pour laquelle le tribunal de Temuco a décidé d’appliquer des mesures pour protéger nos vies, ce qui implique, le transfert vers des hôpitaux et des injections forcées de sérum.

Concernant ces mesures nous avons décidé de maintenir l’unité et de résister à toute forme de protection qui nous serait imposée, et de réaffirmer notre ferme décision de mener à bien cette mobilisation.

Nous voulons dire clairement que, à cette date, il n’y a aucun réaction de la part des autorités et du gouvernement que nous avons sollicité depuis le début de notre action pour qu’il s’implique directement et intervienne dans la recherche d’une solution réelle et effective concernant nos demandes que ce soit au niveau politique ou judiciaire, bien que certains secteurs de la société comme l’église se soit prononcé pour agir comme médiateur dans ce conflit.

Nous voulons en fin dénoncer la forte répression dont a été l’objet toute forme d’expression de la lutte mapuche de la part de ceux qui nous accompagnent dans cette lutte, et en particulier sur les communautés mobilisées ou les organisations de mapuches urbains qui sont sortis dans la rue pour manifester avec beaucoup de dignité pour appuyer notre grève, nos camarades ont été détenus et fortement frappés.

En fin nous lançons de nouveau un appel à notre peuple pour qu’il reste vigilant sur les prochains événements qui vont se produirent concernant cette mobilisation.

Prisonniers politiques mapuches Angol Cañete 21 novembre 2007

«Reproduction autorisée à condition de citer la source.»